Archive for septembre, 2009

septembre 4, 2009

Moi… et la fête des voisins

A l’heure de la rentrée scolaire et des nouveaux emménagements, je préfère prendre de l’avance et vous parlez de cette manifestation quelques mois auparavant (ainsi, ceux qui voudraient alimenter le concept par une organisation d’envergure auront le temps de se retourner). En juin prochain aura lieu « La fête des voisins », la date sera précisée par les organisations officielles à l’approche de l’été 2010.

Erzast de la fête de la musique, née il y a quelques années, cette petite sauterie donne alors lieu à des apéros d’immeubles/ de quartiers (les 3 locatifs de petits immeubles préférant se regroupés auprès du stop du carrefour, sur le petit parking qui offre 20 places pour 50n°),. Apéro décliné en pique-nique pour familles résidentielles, pétanque-ricard pour les marseillais, et cochon-grillé pour les plus téméraires et organisés.

Bon, j’avoue, cette année j’y ai pas été… Pourtant, j’ai bien vu les affichettes chez ma buraliste, sous mes essuie-glaces, et dans ma boite aux lettres. Pourtant, je les a bien vu du coin de l’œil qui bloquait le parking 12h avant, qu’ils badigeonnaient le cochon 6h avant, et transportés les tables 3h avant… Pourtant j’y ai pas été… je ne m’imaginais pas en action, en interaction, avec tous ces c… qui ne me laissent pas une place en bas de chez moi passé 21h, qui sont responsables de mes deux fourrières hivernales, et qui m’obligent à supporter l’odeur d’ail qui embaumera mon appart pour les 24 prochaines heures …

D’autant plus qu’il me semble que je n’ai que deux voisines. Elles habitent en face. Elles aussi sont au 4ème. Techniquement, seulement 13m nous séparent via le vis-à-vis. Ainsi, d’un simple regard, grâce à l’étendue vitrée qu’offrent nos salons respectifs, nous nous voyons évoluées, vivre au quotidien. Bien mieux que du voisinage de palier… le truc en plus, c’est qu’on se voit ! Alors, je sais que l’une est la fille, l’autre est la mère. Elles sont vieilles. Mais l’une l’est plus que l’autre, et surtout plus séniles. La plus jeune des deux vieilles s’occupe de sa mère. Parfois elle prend l’air sur son petit balcon qui nous rapproche alors d’autant plus. Elles ne reçoivent pas de visites. L’heure du temps dicte l’ouverture des volets, de la lumière, et des repas. Ce tragique cinéma à ciel ouvert nourrit mes rêves, leur prête des maris morts à la guerre, des enfants démissionnaires, morts eux aussi ? Elles non plus n’ont pas été à la fête des voisins.

L’année prochaine, si elles sont encore là (parce qu’il y a plus de chances que se soient elles qui déménagent chez St-Pierre en premiers), je leur fait une tarte et on trinque au porto ?

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :