Le pont des artistes.


Un pont qui figure certainement sur le « Paris pas cher ». Un pont où le live s’écoute, et se voit, gratis à condition d’avoir la patience d’arriver 2h en avance et de supporter un talk soporifique.

Le pont des artistes, émission vieille de plus de 20ans sur France Inter, enregistrée à la maison de la radio le mercredi dans les conditions du direct, et en public, pour une diffusion le samedi suivant 20h05. Isabelle Dhordain invite 3 artistes. Têtes d’affiches gratuites et découvertes musicales se côtoie durant les 2h d’enregistrement. Si la qualité du live n’est imputables qu’aux artistes, les médiocres échanges, c’est juste la faute à la cinglante Isabelle. Émission sans rythme, et discussion sans fond. Elle met les jeunes en difficultés par ses questions qui les font passer pour des cons et n’écoute alors aucunes des réponses de ses invités qui s’enlisent immanquablement. Isabelle, qui s’envole en régie pendant les morceaux, devrait plus se taire pour mieux les écouter. Juste une question de respect. Ce dont elle semble manquer, là, au panthéon des ondes.

Ceci étant, hier, Yaël Naim, hésitante à la guitare, tout comme dans l’interaction avec le public figé et assis du studio C. Trenet, s’éclate enfin au piano. Elle nous offre même une version acoustique de New Soul qui fonctionne parfaitement. Ré-arrangement ayant plu même aux dégoutés de la pub Apple. Dédicace spécial à son petit vieux bassiste qui porte la gentillesse sur son visage comme Marie porte sa foi (pardon, Noël-attitude mode On).
Da Brasilian portait la casquette « découverte jeune talent » du Pont. A ce titre, Isabelle n’a pas manqué de les faire passer pour des idiots pré-pubères, ce qui ne les a pas aidé sur les premiers morceaux. Pourtant, issu de St-Lo, 1ère partie annoncé de Philippe Katherine, ils ont repris les rennes de la scène une fois Isa en back-stage. Des compos qui sentent le soleil des Beach Boys sans en être le plagiat. Pas mal les p’tits loups.
Et pour finir, Moriarthy nous invite dans son salon où les 5 amis n’ont besoin que d’un seul micro pour nous envoûter. Après le morceau normalisé radio, ils essaient de donner à de nouvelles partitions des sonorités jamais essayées. D’un coup d’oeuil, vas-y que je te laisse ton solo d’harmonica, un pas en arrière et c’est la guitare qui prend place. Communication non-verbale pour des arrangements musicaux trop beaux. Moriarthy est déjà un groupe mythique.

En bref, Le Pont des Artistes est à faire si, et seulement si, la programmation annoncée est à votre goût d’emblée. Sinon, ennui assuré. Et définitivement, Isabelle, je ne t’ai pas aimé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :