Archive for janvier, 2011

janvier 21, 2011

Remballes tes Roudor.

Et goûtes mes sablés. Ceux qui tuent Mémé.

300g de beurre pommade (à sortir du froid une bonne heure avant l’opération) avec 160g de cassonade et 10g de sucre semoule, y ajouter les grains d’une gousse de vanille.
A ça tu ajoutes 420g de farine classique et 60g de farine complète (pas de complète sur la colline, j’ai tout fait avec de la ménagère), 2 sachets de levure chimique et une pincée de sel. Mets tout d’un coup sinon c’est le souk.
Après quelques minutes de combat avec la maryse (la maryse à gagner, j’y ai mis les mains) tu as là une boule qui ne se tient pas tout à fait bien.
Tu l’étales sur du papier-film à 2cm d’épaisseur et tu remballes 3h au frigo.

Ainsi, tu l’emporte-pièce, tu badigeonnes d’un jaune d’oeuf. Au four préchauffé à 200°C, abaissé à 150, tu enfournes pendant +/-15-20 min…

C’est le coup de se motiver mais une fois goûtés tu ne pourras pas y résister!
Et voilà comment je deviens une foodista de la blogosphère…

Publicités
janvier 14, 2011

Et Paris a vu ma culotte.

Auréolée d’une nouvelle grâce cycliste, je me suis lancée seule. J’aurai pas due.

De bonnes résolutions en bonnes nouvelles financières, j’ai débuté l’année en m’achetant une bicyclette. Et aussi un casque à rayures, et un joli panier pour mettre à l’avant de mon nouveau guidon hollandais 6 vitesses. Je me suis fait coacher. On m’a appris à mettre le bras sur le côté, à aborder les bus, les feux, les gros carrefours et les contre-sens cyclistes. Rouler sans les roulettes, ça je savais le faire depuis longtemps. Guidée et conseillée, je me suis même tapé la Place de la Concorde à 19h. Facile. 48h sportive où j’ai appris à connaître mes pédales. A l’aise avec ma bicyclette. Même en jupe.

Ce matin aussi j’ai mis une jupe. Une autre. Et il fallait que je rentre chez moi. Seule. Concentrée sur la difficulté qu’offre le dénivelé de la rue de Crimée, j’ai pédalé. Rouge et essoufflée, je suis enfin arrivée sur la colline St-Fargeau. Rouge et essoufflée, j’ai frôlée la mort quand je me suis aperçu que ma jupe avait roulée, elle aussi, vers le haut. Bien au delà de mon fessier pas encore tout à fait musclé.

Le ridicule ne tue pas. Et Paris a vu ma culotte.

janvier 11, 2011

Joy the World


Déjà, il y a quelques jours, Thierry, inconnu du réel, m’offrait le plus doux des commentaires sur la finesse de mon écriture et la sagesse de mes pensées. J’ai failli appeler Mémé pour lui raconter. Thierry aime me lire sans que je le paie, sans avoir vu mes miches ni goûter ma soupe lardons-pois cassés. Sachant qu’il n’y a que mes parents pour perdre leur temps sur mes post, j’ai bien cru défaillir en modérant ce bienveillant commentaire (pour accepter un com, ils disent « modérer » sur wordpress. Bloguer, c’est technique.)

Et voilà qu’on me propose de linker (=aimer) Body Shop sur Facebook, de le relayer ici-même pour peut-être voir un jour des échantillons apparaitre dans ma boite aux lettres. La vrai, celle au rez-de-chaussé, avec mon nom dessus et sa clef sur mon trousseau. Trop la chance! En 48h je vois la blogosphère qui s’offre à moi. Je deviendrai une blogueuse d’influence et je présenterai des cartons blanc bordés d’or comme accès aux soirées privée. Trop la chance!

Sauf que pour le moment, de Body Shop, je n’utilise que le nettoyant visage. Celui qui est rose, qui mousse et qui sent bon, celui qui me protège l’épiderme en me le rendant comme neuf. Celui que j’achète depuis des années, avec mes sous, et parfois des réducs. C’est même pas moi qui l’ai découvert. C’est Flo, ma copine qui a toujours un teint de fleur fraiche qui l’utilisait et que j’ai copié. Juste parce que moi je n’arrive jamais à conserver cette mine plus de 2h après la toilette. Elle, elle y arrive parfaitement. Alors, si Body Shop veut que j’essaie tout ses produits gratuitement, et au long cours, juste avec l’engagement moral de le relayer, moi je veux bien. Mais vous êtes prévenu: je ne connais personne, mon seul fan semble être un homme, et sur moi, tout fout le camp, rien ne tient.

Sur ce, je retourne me faire les points noirs.

janvier 1, 2011

C’est toi 2011?

C’est toi cette année où tout sera parfait? Une trêve dans la complexité de nos existences? Pour toi 2011, j’ai mieux.

A la défaite des soucis, des petites et grosses emmerdes, qui laisserai place à la perfection des situations, je préfère la force du combat, le cafard du dimanche soir qui souffle les solutions et la musique de la tristesse qui nourri mes fous-rire.
2011 plus qu’une résolution, le désir d’être meilleure. Pour moi-même, pour les autres, les miens. Le réveillon ne changera pas tout, mais promis, il m’aura fait réfléchir à mes conneries.

Et sans plus attendre dans ma nouvelle bonté d’âme récemment acquise, je laisse le mot du jour à Jojo qui prédit: l’année sera inattendu….
à bon entendeur….

Edit: et bien sûr je vous présente à tous mes meilleurs voeux!

%d blogueurs aiment cette page :