Archive for mars, 2011

mars 23, 2011

Mars Attack.

En Mars, j’ai quitté le vieux, commencé le nouveau, voyagé par monts et par vaux, alors, comme une giboulée, je vous offre une averse de « up and down » sans queue ni tête….

Up: (toujours commencé par le positif ils disent dans « la lettre de motivation pour les nuls ») Des vacances à la neige avec soleil digne d’un mois de mai. J’ai atteint l’équivalent Premier Flocon. Je ne prends pas en compte le retour de piste sur moto-neige, ni la barquette que la dame qui a croisé ma route a été obligée d’emprunter pour aller se faire réduire sa fracture de l’épaule gauche aux urgences de Thonon. Pas ma faute: mon inscription a été refusée au club Piou-Piou. Je sais descendre une bleu en chasse-neige version crapaud sur une boite d’allumette. J’ai donc décroché mon premier flocon.

Down: Mes hématomes qui persistent offrant une jolie palette de couleurs qui changent chaque jours. Limite de l’art conceptuel mes cuisses.

Up: La fin définitive de mon CDI à vie dans la fonction publique. Guy (il se reconnaitra) ne me manquera absolument pas, mais j’ai été étonnée de recevoir autant de marques de sympathies de mes collègues qui « perdent une infirmière de qualité tant par son professionnalisme que par sa gaité ». J’en rajoute à peine. Guy et moi, on a préféré éviter les adieux. Up aussi le début des vacations dans un hôpital où tout le monde dit bonjour et te sourie comme à un amie. J’en rajoute à peine. Aucun de mes nouveau collègue ne s’appelle Guy.

Up: Elle a 18 mois et sait dire « merde » avec tellement de conviction qu’elle me fait forcément craquer. Une force de la nature qui ne cille pas à 40°, mais peut te défoncer un mur pour obtenir satisfaction. Quand elle a eu gouté la neige avec un peu trop d’élan, elle n’a plus aimé la luge. Elle adore la banane et faire l’arabesque. L’avantage à cet âge là, c’est chou ou c’est chiant. Une vie simple en somme.

Down: Mon âge à moi qui a un peu évolué. Et là, c’est moins simple. Rien ne semble tranché avec les années qui passent. Il faut jouer avec les nuances. Indépendance et attachement, des choix en dons du ciel avec coulées d’emmerdes… je sens que ça parle à mon lectorat là… Bref, du rire et des larmes… un peu comme à 18 mois en fait…

Up: Emilio, Etienne, David… des hommes tendres qui se reconnaitront…

L’averse est fini, j’ai repris le fil… à bientôt!

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :