Archive for juin, 2011

juin 30, 2011

Ouvreuse.

A l’aube de l’été, je me suis vue offrir un emploi. (cri de joie dans l’assemblée parentale)

A l’aube de l’été, mon égo a été flatté. Paris se vide de tout. Surtout de tous. Alors pour contrer l’amertume de rester bosser, j’aime bien me faire mousser. Je bosse déjà. Cependant l’employée motivée n’est pas ce qui me qualifie.

A l’aube de l’été, je me suis vue offrir un emploi. A temps ultra-partiel. 10h/semaine. Dans un théâtre. Comme ouvreuse. (cri de joie dans ma tête qui rêve de rideau en velours rouge et de promotion au festival d’Avignon)

Ouvreuse de théâtre.

Sourire, Bonsoir Madame, Bonsoir Monsieur, Allée D, place 57, oui celle-ci, près de la grosse dame en sueur, veuillez éteindre votre portable, éviter le vibreur, non, désolé Monsieur les I-Pad ne sont pas autorisés eux non-plus, bon spectacle, un sourire spécial « j’aime les pourboires », rentrez bien Messieurs Dames et cassez-vous bande de connard, non les acteurs ukrainiens ne rencontreront pas leurs public car ils ne comprennent pas la langue, vous retrouverez leurs textes en version original khmer à l’entrée du théâtre qui ne tardera pas à vous foutre dehors, merci.

Deux soirs par semaine et le dimanche après-midi. Revenu global extrêmement négligeable comparé à une seule journée à jouer l’infirmière. Un bon plan quoi. En effet, une formation de chargé de prod’ peut m’être financer si je cotise à un organisme de financement dédié à ce type de projet. Un millier d’heure à temps plein dans un emploi affilié à ce fond de formation et ce même fond de formation me finance la formation de mon choix. Limpide. Ainsi, je peux retourner à l’école ET me faire payer. Chacun ses rêves, ça fait parti d’un de mes préféré avec celui de manger des chips au vinaigre à chaque repas sans devenir aussi grasse que les-dites chips.

De 10 en 10 on arrive à 1000. Imparable. Sauf que je dois faire accepter mon dossier. Et là, j’ai peur que mes changements d’adresse, d’école, de mecs, de poste, d’humeur ne jouent absolument pas en faveur. 100 semaines, 2ans, 10h/semaine seront un échec. Ajouter à cela que je ne suis pas une coureuse de fond. La Jeannie Longo du projet professionnelle c’est pas moi. Le temps passe, mes idées changent… Souvent.

Ouvreuse de théâtre tu m’dis? Laisses moi y réfléchir, j’te rappelle.

%d blogueurs aiment cette page :